Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2006 1 20 /03 /mars /2006 22:33

Un cri....

Un cri...

Une plainte sans fin,

Une lente agonie....

Un regard bleu d'acier,

Un corps tétanisé,

C'est celui d'un enfant

Perdu dans sa souffrance

Sans mots pour l'exprimer.....

Un cri......

Qui vient heurter ce jour

Les parois de cristal

De son monde en morceaux.....

Un papillon fragile, au regard égaré,

Affolé dans sa cage,

Dans un autre univers

Où mes mots impuissants

Ne peuvent pas l'aider.....

Un cri jailli du fond de ses entrailles,

D'une enfance meurtrie,

D'une vie saccagée

A  jamais.

Un cri sans une larme....

Plus qu'un cri, une haine

Qui remonte aujourd'hui

S'enfle à l'infini.....

Ni mes mots, ni mes phrases

Soudain si dérisoires

Ne pourront  apaiser

Ses démons déchaînés.......

Et ton cri, ce soir encore,

Me poursuit de son ombre....

Partager cet article

Repost 0
Published by balaline - dans Mes poèmes
commenter cet article

commentaires

mona 20/07/2009 21:49

un cri, mais depuis les pâquerettes ont fleuri ...

Moun 06/02/2008 16:58

Etrange que ce cri soit resté sans réponse alors que d'autres poèmes regorgent de commentaires ? Sans doute parce qu'il n'y a rien à dire, juste accuser le coup, juste laisser échapper des larmes d'émotion, des larmes d'impuissance !
Poétiquement,

Présentation

Texte Libre

                                                      





ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner
                                                                                                                                                         
                                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                                                                 

Recherche

Texte Libre



                             Merci Jeanne