Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2006 4 06 /04 /avril /2006 19:10

Il est assis au bord du lac.

Pas loin du miroir où ses pensées s'étalent.

Protection crépusculaire pour abriter sa peine.

Pourquoi ce soir?

Un voyage immobile au fin fond de lui-même.

L'eau attire et mire ses tourments.

Une descente dans les entrailles de son âme

blessée, meurtrie, pansée, cabossée!

Elle est blessée de l'enfance, beaucoup!

De solitude, de manques.....

Sa plus profonde cicatrice, sensible, douloureuse

Encore!

Des vides qu'il ne peut pas combler!

Depuis il surnage, il vogue deci, delà

Au gré de la vie qui le porte.

"Maman, pourquoi m'as-tu abandonné?"

Comme un leit-motiv, encore et toujours...

Il le poursuit tout le temps...

Même dans les moments de paix!

C'est un voyage sans retour

A faire seul,

L'autre ne peut aider, il ne peut prendre sa souffrance

Il ne l'a pas vécue, il est trop loin!

Ce soir le lac va apaiser son âme

Ecouter  sa désespérance

Noyer les maux de son enfance!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nanou 09/04/2006 18:49

Ton texte a du m'échapper dans l'atelier, mais je le trouve très beau.Nanou

Muse 07/04/2006 17:09

Pourquoi ? comment ? quand ? ces questions qui restent sans réponse, ces oublis de l'enfance, aucun repère, aucune trace, juste la glace et son reflet.

Présentation

Texte Libre

                                                      





ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner
                                                                                                                                                         
                                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                                                                 

Recherche

Texte Libre



                             Merci Jeanne