Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 22:25

Je traverse les bois du silence

Entre les murs géants vêtus de vert

Ils égouttent leurs branches de nuit

Se raniment au plaisir de la vie.....

Jouvence, alchimie se mélangent

Pour façonner ces orgueilleux

Qui résistent au temps, à la douleur

De perdre leurs habits automnals.

Pas une ride d'air, pas un souffle

Pour agiter ces fûts de chêne

A la chevelure d'argent....

J'enlace leurs corps rudoyés,

Martelés par les tempêtes,

Je leur livre tous mes secrets....

Ils écoutent, fidèles, attentifs!

Ils apaisent brûlures et souffrances,

Protecteurs dans leur habit rugueux,

Sentinelles immobiles du mystère......

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Coriolis 19/05/2006 20:54

Un pti bonsoir en passant!!! toujours aussi agréable chez toi! à bientôt ;-)

Sydkap 19/05/2006 14:08

Humer l'odeur d'un arbre, c'est très fort aussi
Bonne journée
Sydkap

Gérard 19/05/2006 09:58

Serrer un arbre dans ses bras ,c'est partir pour un autre monde
Gérard

Muse 19/05/2006 09:44

Je suis là, moins présente...je traverse un monde de silence, ou le bruissement des feuilles me fait tourner la tête je rentre alors dans ma coquille.

christel 19/05/2006 07:46

J'aime beaucoup cette image des arbres sentinelles ...
Bonne journée , bises, Christel

Présentation

Texte Libre

                                                      





ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner
                                                                                                                                                         
                                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                                                                 

Recherche

Texte Libre



                             Merci Jeanne