Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2006 4 08 /06 /juin /2006 22:03

Collines ondoyantes sous le bleu

Les blés verts s'enveloppent de vent

Piquetés des rouges coquelicots

Qui sourient en donnant des baisers....

Les doux vallons frissonnent encore,

Du bleu s'est échappé du ciel,

Les épis s'illuminent de l'or

Qui tombe tout doux du soleil.....

Futures moissons endormies

Lovées au soleil matinal

Doucement perlées de rosée

En attente des jours de travail.....

Partager cet article

Repost 0
Published by balaline - dans Mes poèmes
commenter cet article

commentaires

CD 09/06/2006 22:03

Je trouve ton poème très visuel... Je m'imagine bien ce que tu décris !christiane

angel 09/06/2006 19:45

le blé..j'aime les chant de blé c'est si beau a voir si reposant ..bisous bonne soirée

mahina 09/06/2006 19:16

dis moi... tu l'as visité ce fort? moi je l'ai toujours connu interdit au public, ( je vais la bas depuis 1971)il avait pendant un temps été acheté par des hollandais, serait-ce à ce moment... Je rêve d'aller dans ces sombres couloirs... sourire

Gerard 09/06/2006 13:42

Salut
Le blé ,inspire en ce moment ! , mais c'est normal , il faut le vivre ...pour savoir ...
Bisous
Gérard

Coriolis 09/06/2006 11:20

Ce poème sens bon l'été!!!Je te souhaite un magnifique week end plein de soleil!!!à bientôt

Présentation

Texte Libre

                                                      





ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner
                                                                                                                                                         
                                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                                                                 

Recherche

Texte Libre



                             Merci Jeanne