Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 20:57




Le ciel était encré de noir
Du noir à enterrer le jour
Elle s'était endormie sur ses mots
Ceux qu'elle n'avait pas prononcés
Des mots tendres peut-être
Des mots de la nuit
A la frêle silhouette
Des mots de sa vie
Déjà tragique et cabossée
Elle s'était réveillée sur le silence
Les mots cousus
A points serrés
Un immense blanc sur la bouche
Juste l'appel des yeux
Qui ne parlent pas tout
Les mots enfermés dans leur cage
Que la porte n'a pas libérés
Les mots cousus
Palpitant sous la peau

En vagues de sourires

En ondes de tendresse

Tus cousus perdus

Tout bouillonnant de vie



A Nina,

Balaline

 









Partager cet article

Repost 0
Published by balaline - dans Mes poèmes
commenter cet article

commentaires

Petit Poucet rêveur 26/02/2010 20:32


"Les mots cousus à points serrés"...Ils sont terribles ces mots-là qui ne peuvent s'échapper...


Mona 05/11/2009 22:57


sur l'aube
la profonde empreinte du silence


marieastro 04/11/2009 21:53


Magnifique poème !


Ut 04/11/2009 19:35


A se mettre au coin du coeur.
Magie d'écriture Balaline....


marlou 04/11/2009 15:10


Apres ces mots, on ne peut offrir que du silence...


Présentation

Texte Libre

                                                      





ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner
                                                                                                                                                         
                                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                                                                 

Recherche

Texte Libre



                             Merci Jeanne