Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2006 1 08 /05 /mai /2006 22:37

Je me souviens de l'herbe tendre dans les prés,

des nuages qui passent,

des fleurs de soleil où nous roulions le soir,

Je me souviens comme je t'ai aimé

comme je me noyais dans le bleu de tes yeux,

je me souviens de ton regard sur moi,

de la toute première fois,

de cette vague immense ,étincelante, ensorcelante,

je me souviens que nous avions seize ans,

que la vie commençait et l'espoir...

je me souviens de tes lettres d'amour

avec tes mots, si doux, si beaux, si forts...

je me souviens qu'il y eût un ouragan,

un désespoir sans fin, comme un soleil éteint....

je m'en souviens toujours

car tu es là, fidèle,

dans un coin de mon coeur,

mon vrai, mon seul amour!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jeremy 10/05/2006 13:02

Juste un mot : " Wouaohh !! "

Cchristelhricstel 10/05/2006 07:38

Ah! le grand amour ! inoubliable pour tout ceux qui l'on connu un jour ...
Mais il faut rester ouvert au bonheur, à la découverte , à la surprise ...
Bises, et bonne journée ,
Christel

véro 10/05/2006 00:57

alors toi aussi tu t'en souviens.....

Gerard 09/05/2006 23:35

La nostalgie nous fait souvent ecrire de belles phrases
Gérard

angel 09/05/2006 23:06

bonjour..super mots trés bien choisie et les phrases ...coup de plume que j'adore.bisous

Présentation

Texte Libre

                                                      





ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner
                                                                                                                                                         
                                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                                                                 

Recherche

Texte Libre



                             Merci Jeanne