Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2006 3 23 /08 /août /2006 00:01

Le miroir est posé là,

Face à l'entrée .

Il guette ton visage

Son doux reflet.

Mais l'absence s'attarde

L'aube a déjà sonné !

Comme dans un mirage

Un beau rayon doré

Sur la glace s'attarde

Et c'est réminiscence

Du bonheur de l'été ,

Nos heures insouciantes,

Nos courses dans les prés

Des milliers de baisers !

Il pallie ton absence

Vient pour me réchauffer !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

vallisneria 17/01/2007 15:33

mélancolique, touchant, beau poème ...........

léonor 21/09/2006 18:17

bonsoir ßalaline, je t'ai aperçue dans le miroir, furtivement mais ton passage a attiré mon attention ;-)
je te remercie de tant de délicatesse et j'envoie d'énormes bisous
 

Pauley 24/08/2006 23:02

C'est vraiment super beau, tu es vraiment douée balaline, allez je te mets dans mes liens, je ne resiste pas. Gros bisous et à très vite.

souviens toi 24/08/2006 15:11

Le miroir reflète notre âme  et celle de la passion quand  la lumière s'illumine  de cet amour  teinté....sourire  amitié

mahina 24/08/2006 09:59

l'absence s'attarde... et pourtant dans ce miroir viennent se refleter tant et tant d'images, si belles, la mémoire entretient ce miroir, qu'elle n'aie surtout pas de défaillance!Bisous Balaline

Présentation

Texte Libre

                                                      





ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner
                                                                                                                                                         
                                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                                                                 

Recherche

Texte Libre



                             Merci Jeanne