Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 00:01

Je suis dur

Je suis tendre

Et j'ai perdu mon temps

A rêver sans dormir

A dormir en marchant

Partout où j'ai passé

J'ai trouvé mon absence

Je ne suis nulle part

Excepté le néant

Mais je porte caché au plus haut des entrailles

A la place où la foudre a frappé trop souvent

Un coeur où chaque mot a laissé son entaille

Et d'où ma vie s'égoutte au moindre mouvement

Pierre  Reverdy    La liberté des mers

Partager cet article

Repost 0
Published by balaline - dans Les poètes
commenter cet article

commentaires

Jacky 18/03/2009 14:37

mais c'est limite porno

bernard 12/11/2007 11:40

bonjour tout le monde, pouvez-vous m'aider a faire le commentaire composé de ce poéme magnifique. voici mes axes:
1 une structure originale
2 un poéme nostalgique

Brigitte 25/02/2007 22:29

Ce coeur fou dont parfois on aimerait pouvoir se passer...

AL 25/02/2007 14:21

La question est? comment ajouter des mots à ce texte?Il nous entraîne sur un chemin intérieur, comme pour essayer de se trouver... il est des pensées qui déambulent dans nos esprits déchaînés, il est point d'interrogation dans nos âmes qui cherchent des Libertés, il est douceur pour le coeur qui veut cicatriser des blessures...

Malaïka 24/02/2007 20:30

Mélancolie...
Bisous
Malaïka

Présentation

Texte Libre

                                                      





ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner
                                                                                                                                                         
                                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                                                                 

Recherche

Texte Libre



                             Merci Jeanne