Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 17:25

Un soir au lac le 6 janvier 2008 003

 

Cette heure m'appartient. Elle est silence.

Elle est lumière.Elle retient son souffle,elle retient la vie.

J'ai caressé le bouleau blanc, sa peau si douce, sa peau d'argent.

Le lac couleur de nuit frissonne sous le vent.

C'est l'heure bleue du temps qui s'égrène lentement.

Je la voudrais captive,éternelle,souveraine.

Garder au fond de moi ses chuchotis d'argent, ses sillons bleu profond en guise de blessures.

Laisser la nuit venir,l'accueillir simplement car c'est ici que naît toute la paix du soir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sagahan/audrey 01/03/2012 23:46


bonsoir, je vais savourer la paix du soir moi aussi ! belle interprétaion de ce moment là de cette lenteur heureuse !!!

Mona 24/01/2012 20:59


Quand l'heure bleue plane sur le lac, on dirait que la terre s'immobilise ...


Bonne soirée balaline

Mahina 21/01/2012 21:50


la pais du soir


la paix des jours passés


où la magie de la montagne adoucit mes jours...

marlou 21/01/2012 19:16


Quel plaisir de te relire à nouveau.Ton heure bleue est particulièrement belle.

Jacques 21/01/2012 12:35


Silence, Respect...


Une lumière bleutée


Troue l'espace du temps


Tes mots toujours sont ravissants.


Amitiés

Présentation

Texte Libre

                                                      





ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner
                                                                                                                                                         
                                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                                                                 

Recherche

Texte Libre



                             Merci Jeanne